Suivre le coût et la valeur d’un patrimoine applicatif

2 Janvier 2020
suivre-la-cout-et-la-valeur-d-un-patrimoine-applicatif
La maîtrise des Points de Fonction est indispensable au sein de toute entreprise. Ils permettent de contrôler les coûts de votre patrimoine applicatif, et de calculer sa valeur. Serge Leblond revient pour vous sur l’utilisation de cette métrique.

Un constat indéniable, avec le temps le patrimoine applicatif se complexifie

Le parc applicatif d’une grande entreprise comporte plusieurs milliers d’applications de toutes tailles et de plusieurs générations de technologies. Au fil du temps, ce patrimoine s’enrichit et devient de plus en plus hétérogène. 

Les applications se multiplient, avec de plus en plus de redondances au niveau des fonctionnalités, suite à des opérations de fusions / acquisitions ou à des besoins similaires exprimés par différents groupes d’utilisateurs. La couverture du besoin devient parcellaire. Certaines applications sont de moins en moins utilisées et même totalement délaissées dans certains cas, d’autres deviennent techniquement obsolètes. Elles forment un ensemble disparate, de plus en plus difficile à maitriser.

La dette technique du SI s’amplifie au fil du temps. Elle correspond à l’écart entre la situation existante du parc applicatif et une situation optimale où l’ensemble des logiciels répond à toutes les exigences fonctionnelles (couverture du besoin) et non fonctionnelles (respect des montées de versions des progiciels, mise à niveau suite à l’évolution des standards et des bonnes pratiques, baisse de la qualité technique des composants, vieillissement des infrastructures). La dette technique augmentera si rien n’est fait pour entraver l’évolution de ces contraintes.  Elle représentera d’une part, un coût à prévoir pour la réduire (par exemple, mettre à niveau les logiciels suite à de nouvelles recommandations concernant la sécurité), et d’autre part, un impact sur le coût de maintenance (par exemple, une version de progiciel non supportée par l’éditeur sera plus difficile à maintenir).

Cette complexification du SI conduit à une augmentation des coûts d’entretien et une baisse de la valeur apportée à l’entreprise.

Dans ce cadre, la mise en place d’indicateurs spécifiques liés à ces évolutions est indispensable pour garder la maitrise du parc applicatif.

Le coût d’entretien et la valeur d’une application sont des métriques dépendantes de nombreux facteurs mais toutes deux peuvent être rapprochées de la taille fonctionnelle des applications.

 

Comment mesurer la taille fonctionnelle d’un système d’information ?

Si la préoccupation de dimensionnement des logiciels remonte aux débuts de l’informatique, la méthode des Points de Fonction (abrégée en PF) a été créée en 1979 pour mesurer la taille fonctionnelle d’une application ou d’un projet informatique indépendamment des aspects techniques ou organisationnels. Cette métrique permet de quantifier la « surface » fonctionnelle que couvre une application ou un projet ainsi que leurs évolutions, telles que les voit l’utilisateur. Elle a été standardisée par l’IFPUG à partir de 1987 et est devenue une norme internationale (norme ISO 20926:2003). D’autres méthodes de mesure apparaitront par la suite, toutes dérivées de l’IFPUG.  Les principales sont Mark-II, NESMA FPA, FISMA ou COSMIC. Chacune de ces méthodes contient des règles de comptage permettant de découper un périmètre fonctionnel de composants et des abaques permettant de traduire ces composants en nombres de points de fonction.                                                                                                                             

Pour mesurer la taille fonctionnelle d’un périmètre, il faut disposer de sa cartographie applicative qui est une représentation des différents éléments du système d’information rangés suivant une vue métier par grands domaines fonctionnels appelés zones (par exemple clients, référentiels, comptabilité…) et par opérations à l’intérieur du domaine appelées quartiers (par exemple comptabilité analytique, comptabilité générale…).

L’application est l’élément central de la cartographie applicative : on définit ses limites (ou frontières avec les autres applications et avec les utilisateurs), les flux d’informations échangées et les interactions existantes entre elles.

Cette démarche d’urbanisation doit s’appuyer sur des règles communes et constantes dans le temps pour assurer une homogénéité de l’ensemble.  

La cartographie doit être partagée entre les différents acteurs et être actualisée au fur et à mesure des évolutions du système d’information. Des outils de modélisation de cartographies (par exemple MEGA ou ARIS) peuvent être utilisés.

La mesure de la taille fonctionnelle de l’application consiste à déduire des fonctionnalités mises à disposition de l’utilisateur un découpage en composants fonctionnels de type donnée ou de type traitement et d’attribuer à chaque composant un nombre de points de fonction suivant sa complexité. Les règles de découpage des composants et d’attribution d’un niveau de complexité, ainsi que la correspondance entre niveau de complexité et nombre de points de fonction sont indiqués par la méthode des points de fonction. La taille fonctionnelle de l’application correspond à la somme des points de fonction de chaque composant.

Le nombre de points de fonction représente l’ampleur fonctionnelle de chaque application. Il apporte, en complément des indicateurs de complexité technique ou de qualité, une visibilité sur le contenu du système d’information. Par exemple, le graphique ci-dessous présente la répartition des applications par taille fonctionnelle d’un système d’information analysé par le centre de compétences AUSY à l’aide des points de fonction. Il comporte plus de 1500 applications dont plus de 40% mesurent moins de 250 points de fonction.

 

graphique-repartition-applications-par-taille-fonctionnelle-points-de-fonction

Exemple de répartition des applications par taille en points de fonction d’un système d’information

 

graphique-taille-fonctionnelle-application-etablissement-bancaire

Exemple de tailles fonctionnelles d’applications d’un établissement bancaire

 

L’utilisation de la taille fonctionnelle dans le suivi des coûts

La taille fonctionnelle est un des facteurs les plus influents sur les coûts de construction et de maintenance d’un périmètre applicatif. Parmi les exigences auxquelles doit répondre un système informatique (attentes et besoins de l’utilisateur, contraintes à satisfaire), les exigences fonctionnelles peuvent représenter près des deux tiers de l’effort de construction et d’entretien d’une application, les autres facteurs étant le niveau de service et le processus de construction et de maintenance.

La réduction des coûts d’entretien d’un patrimoine peut passer par :

  • l’analyse des coûts à périmètre fonctionnel constant,
  • la réduction de la taille fonctionnelle du patrimoine.

 

Analyse des coûts à périmètre fonctionnel constant

Le point de fonction est une métrique normalisée et constante pendant toute la vie de l’application. Elle est utile pour analyser ou comparer l’évolution des coûts de maintenance (assistance utilisateur, maintenance corrective, maintenance évolutive, maintenance préventive) et est utilisée dans plusieurs indicateurs de suivi de l’activité et des coûts de maintenance, par exemple :

  • coût de maintenance par type de maintenance pour 1000 points de fonction,
  • coût de maintenance par technologie pour 1000 points de fonction,
  • nombre d’interventions de maintenance pour 1000 points de fonction,
  • nombre d’anomalies par type pour 1000 points de fonction…
  •  

indicateurs-de-maintenance-points-de-fonction

Exemple d’indicateurs de maintenance

 

Réduction de la taille fonctionnelle du patrimoine

La part des fonctionnalités inutiles ou redondantes du patrimoine applicatif augmente au fil du temps :

  • Lors de fusions / acquisitions, des applications venant des deux SI sont conservées avec des parties similaires et génèrent des redondances fonctionnelles.
  • Les fonctionnalités inutilisées ne sont pas supprimées et continuent à être maintenues par l’informatique.
  • Les fonctionnalités demandées par plusieurs groupes d’utilisateurs sont développées plusieurs fois (par exemple, le référentiel client géré par plusieurs applications différentes).

La mesure fonctionnelle des applications concernées permettra :

  • de mettre en évidence les fonctionnalités inutiles ou redondantes,
  • de quantifier la taille fonctionnelle correspondante et de définir des objectifs d’optimisation du parc,
  • de mesurer les suppressions de fonctionnalités et suivre le respect des objectifs fixés.

 

AUSY a participé à un plan d’optimisation de la taille du parc applicatif d’une grande entreprise. Voici ce qui a été mis en œuvre :

  • mesure de la taille fonctionnelle d’un périmètre d’applications (utilisation de méthodes rapides de comptage),
  • définition d’objectifs de réduction de la taille fonctionnelle par domaine,
  • définition de tableaux de bord et mesure en points de fonction des gains obtenus :
    • suppression de fonctionnalités et d’applications redondantes,
    • mise en place d’une politique de réutilisation,
    • suppression de fonctionnalités obsolètes.

Prévu sur une durée de 2 ans, ce plan a permis de réduire de 12% la taille du parc applicatif, ce qui a induit une réduction de même proportion du coût informatique d’entretien de ce périmètre.

 

Taille fonctionnelle et valeur

La valeur d’une application peut être, en fonction des objectifs, mesurée suivant plusieurs axes tels que :

  • le volume d’utilisation,
  • les impacts politiques ou stratégiques,
  • l’impact sur les coûts et sur le chiffre d’affaires de l’entreprise…

Le résultat de la cotation en points de fonction est un découpage homogène en composants fonctionnels élémentaires qui permet d’obtenir, en attribuant à chaque composant un degré d’importance, une répartition de la valeur par grandes fonctionnalités. La répartition de la valeur obtenue, rapprochée de la répartition du coût de construction et d’entretien de l’application apporte un ratio qui pourra être consolidé et suivi lors des évolutions de l’application.

 

Suivi des évolutions d’une application

Le rapport coût – valeur évolue pendant la vie de l’application. Chaque évolution représente des coûts de mise en place et d’entretien qui ne seront pas toujours proportionnels à la création de valeur et qui auront un impact sur le rapport coût/valeur de l’existant.

Lors de la décision de faire ou ne pas faire des évolutions, la méthode des points de fonction peut être utilisée pour estimer le coût et analyser l’évolution de la valeur.

 

Autres utilisations de la mesure fonctionnelle d’une application

La taille fonctionnelle permet de maitriser un patrimoine applicatif et ses évolutions. Elle permet également :  

L’estimation de coûts d’entretien ou d’évolution du patrimoine

Les coûts de construction et de maintenance de l’application étant en partie liés à la taille fonctionnelle, la mesure en points de fonction est utilisée pour estimer le coût de maintenance du patrimoine et l’impact sur ce coût par la mise en service de nouveaux projets.

L’analyse d’impacts dans le cadre d’évolutions ou de refontes :

Le résultat de la cotation est présenté sous forme d’une liste de fonctionnalités appartenant au périmètre, normalisée et avec une granularité homogène.

 

liste-resultat-cotation-points-de-fonction

Elle est idéale lors d’une demande d’évolution pour évaluer le périmètre et la taille fonctionnels impactés et donc en estimer le coût.

Les échanges avec les fournisseurs

Le point de fonction à construire ou à maintenir est une unité d’œuvre normalisée et partageable avec le fournisseur et peut être une base de contractualisation. Les unités d’œuvre achetées par l’entreprise sont plus représentatives du service rendu au métier que des contraintes techniques et organisationnelles pour y arriver.

Une aide pour les urbanistes

Le point de fonction est une métrique utile aux urbanistes. Elle permet de suivre le taux de réutilisation dans le cadre d’une démarche de factorisation des fonctionnalités et de suivre la taille fonctionnelle suivant les différents découpages cartographiques.

Le suivi des progiciels métiers

L’intégration d’un progiciel métier dans une application nécessite une part de développements spécifiques :

  • pour développer les fonctionnalités demandées non couvertes par le progiciel,
  • pour interfacer les fonctions du progiciel avec le reste du parc applicatif,
  • pour customiser et adapter les fonctionnalités du progiciel aux besoins spécifiques d’une organisation qui ne sont pas couverts par les fonctionnalités standard du progiciel.

L’importance de ces développements spécifiques ou de ces paramétrages représentent un surcoût notable dans le TCO (Total Cost of Ownership) de l’application finale.

Les points de fonction permettent de calculer la proportion de fonctionnalités standards du progiciel utilisées et de suivre l’évolution du taux de spécifique pendant la vie de l’application.

 

Taille fonctionnelle – propriété majeure

L’analyse de la taille fonctionnelle apporte une approche globale s’appuyant sur une méthode normalisée, donc reproductible. C’est également un moyen de dialoguer avec les différents acteurs de l’entreprise (utilisateurs, payeurs, acheteurs, décideurs…).

Quelles que soient les méthodes utilisées pour définir la cartographie, la taille fonctionnelle est une propriété majeure de l’application et de ses évolutions. Elle apporte d’une part une visibilité sur l’ampleur fonctionnelle de chaque application et de son évolution et d’autre part, en fournissant une répartition des coûts et de la valeur par grandes fonctions, elle permettra de suivre le ratio Coût / valeur et de prioriser les développements et les évolutions de l’application.

Le centre d’expertise « Métriques informatiques » AUSY a capitalisé sur un nombre important de retours d’expérience sur l’analyse des patrimoines applicatifs (outillages, bases de capitalisation, métriques qualifiées), autant dans le monde industriel que dans les systèmes d’informations classiques.

                                                                      

Centre d’expertise AUSY

Le centre d’expertise "métriques informatiques" d’AUSY existe maintenant depuis plus de vingt ans. Il regroupe plusieurs experts auxquels viennent s’ajouter des consultants formés aux métriques informatiques dans le cadre du cursus de formation de l’université AUSY.

Ses consultants accompagnent différentes entreprises de toutes tailles pour mettre en place et réaliser des campagnes de mesure et des tableaux de bord.

 

Aussi n’hésitez pas à visiter notre offre Points de Fonction.

Parlons ensemble de vos projets.

contact